mardi 26 juin 2007

De l'adolescence comme début d'une connerie grandissante

Depuis la disparition de Sardou personne n'a su redonner à la langue française ses lettres de noblesse. On se souviendra pour longtemps de ses "Si les Ricains n'étaient pas là, nous serions tous en Germanie" et autre "Temps béni des colonies".

Heureusement, une autre artiste vient d'émerger. Le monde se souviendra de son oeuvre par le biais de cette magnifique maxime (fautes d'orthographe comprises et sûrement reprises sur quelqu'un):

"Dans un monde en noir et blanc seul les etoiles sont en couleur"

C'est à chialer. On dirait presque du Obispo.


Le reste du site est un vrai régal.



1 commentaire:

Gare au Korril ! a dit…

toutes les lumières mènent a quebec